samedi 20 septembre 2014

Emploi des étrangers au Soudan du Sud: mise au point

L'oeuvre ci-contre de Samuel Joh, talentueux peintre sud-soudanais dont j'ai découvert les réalisations fin 2013 à l'Institut Français de Juba, illustre une réalité prégnante: la population vit l'arme à l'épaule, la violence est partout au Soudan du Sud.

Dans ce contexte troublé, le Ministère du Travail avait dernièrement demandé aux ONGs de se séparer de leur personnel étranger... L'idée de donner la priorité aux locaux demeure d'actualité (cf. cette analyse sur RFi), mais pour le reste, le gouvernement a fait machine arrière, et la presse française s'en est fait l'écho, notamment sur le site du Point (lien) ou du Monde (lien).

mardi 16 septembre 2014

Le Soudan du Sud ordonne aux entreprises de se séparer de leur personnel étranger (Le Monde)

Le quotidien français Le Monde vient aujourd'hui de reprendre l'information selon laquelle le Ministère du Travail, au Soudan du Sud, entend se séparer de tous les responsables et employés étrangers travaillant dans le pays dans les ONGs.
Il développe l'info et la nourrit de matériaux collectés par l'AFP. Il en ressort un embarras des autorités, une levée de boucliers des ONGs, et une volonté de contrôle accru de la part de l'Etat sud-soudanais.
Lien ici.

lundi 15 septembre 2014

Les étrangers employés dans les ONGs priés de s'en aller

Du point de vue des droits de l'homme au Soudan du Sud, c'est une bien troublante mesure qui vient d'être annoncée par Ngor Kolong Ngor, ministre sud-soudanais du travail: via la circulaire 007/2014 portant son sceau, tous les employés étrangers d'organisations non-gonvernementales (ONGs) devront être renvoyés, et remplacés par des nationaux sud-soudanais, et ce à partir du 15 octobre prochain...

Annoncée par Radio Tamazuj, cette mesure aux conséquences très lourdes sur les ONGs ne manquera pas de causer des remous.... 
Lien ici.

jeudi 11 septembre 2014

Quand les armes parlent

Le SOUDAN DU SUD est loin d'être sorti de ce qu'il faut bien appeler sa première guerre civile post-indépendance... Nourrissant de fait les marchands d'armes, qui trouvent tout intérêt à un pourrissement du conflit.
Parmi eux, le Soudan du Nord (les industries d'armement prolifèrent autour de Khartoum)....Mais pas la France, pourtant grand exportateur d'armes.  Ouf! Les Français qui aiment le Soudan du Sud ne pourront que se féliciter que sur ce plan, les échanges soient au plus bas...

Lien ici vers une synthèse sur les armes au Soudan du Sud, sur le site d'Amnesty International (lien).