dimanche 26 février 2012

Défis et enjeux du Sud-Soudan vus par le HCR

Le Haut Commissariat pour les Réfugiés est LA grande structure, dépendant des Nations Unies, qui chapeaute l'action humanitaire auprès des réfugiés.
Autant dire que son expertise n'est pas à négliger. A lire en début d'année 2012, rédigé en langue française, un document actualisé sur les défis et enjeux auxquels est confrontée la République du Sud Soudan. Consulter ici

jeudi 16 février 2012

France et Western Bahr el Ghazal, l'héritage de la mission Marchand

Pour en savoir plus sur l'héritage de la Mission Marchand au Sud-Soudan, il existe une ressource exceptionnelle: il s'agit des travaux d'un prêtre italien de la Mission Comboni, nommé Stéfano Santandrea.

Qui se souvient de cet homme aujourd'hui? Il a pourtant laissé une oeuvre d'érudition qui force le respect.

Passionné par le Sud-Soudan et la culture du Western Bahr el Ghazal en particulier, il a publié une oeuvre immense sur la culture, l'histoire et les langues de ces tribus oubliées.

Dans A tribal history of the Western Bahr El Ghazal, publié en 1964 par Stefano Santandrea, on en apprend notamment beaucoup sur l'impact de la mission française Marchand au Soudan (voir note précédente).
Outre la construction d'un Fort militaire fin 1897, Fort Desaix, au côté de Wau (p.68), les Français ont indirectement contribué à la protection de la tribu Kresh Gbaya, attaquée par les Ngulgule vers 1898-99 (p.203 du livre).
Leur retrait suite à Fachoda (voir note précédente), via Deim Zubeir, jusqu'en actuelle République Centrafricaine n'a pas été compris par la population locale, qui aurait semble-t-il apprécié la marque française, et s'en serait souvenue longtemps après le départ de Marchand (ci-contre) et ses hommes...

dimanche 5 février 2012

Fachoda et la Mission Marchand

Le premier post de ce blog l'a dit: le "Soudan français" a longtemps existé, mais il était situé en Afrique de l'Ouest, pas au niveau des deux Etats soudanais actuels.Pourtant, la France n'est pas passée loin d'une aventure coloniale au long court avec le "vrai" Soudan.
Tel était, en partie, l'objet de la Mission Marchand,tumultueuse expédition (précédée de peu par celle de Monteil) qui visait à occuper, au nom de la France, la ceinture d'Afrique orientale passant au Sud de l'Egypte, dans le bassin méridional du Nil. 6000 kilomètres d'Est en Ouest! 

Une épopée, une odyssée, retracée tout récemment dans un livre de photos d'une valeur documentaire exceptionnelle, La grande traversée de l'Afrique (2010).

L'idée était la grandeur de la France, et le souci de priver l'Angleterre (bien installée en Egypte) de l'ensemble du bassin nilotique. Cette mission Marchand, conduite entre 1896 et 1899, est notamment racontée par Pierre Pélissier dans un bel ouvrage publié en 2011 (Fachoda et la Mission Marchand, ed Belin, 2011).

Elle s'est soldée par une pénétration française profonde en "vraie" terre soudanaise, notamment dans la future province du Western Bahr et Ghazal (voir prochaine note). Cette intrusion française, émaillée de construction de forts, s'est heurtée au fameux incident de Fachoda (Kodok aujourd'hui) qui obligea le valeureux Marchand à faire machine arrière pour des raisons diplomatiques, laissant définitivement la voie libre à la colonisation britannique. Sur la cliothèque, on trouvera un bon résumé de cette épopée franco-soudanaise.

vendredi 3 février 2012

Une école biblique évangélique bombardée dans les Monts Nuba

Le Sud-Soudan s'est créé en bonne partie pour des raisons religieuses, sachant que ces dernières sont évidemment imbriquées à des facteurs culturels, économiques et sociaux.
Marqué par une dominante chrétienne, le Sud-Soudan indépendant voit grandir ses réseaux d'églises, fortement aidés par des missions étrangères. La France est peu positionnée dans ce domaine, même si les choses commencent à bouger (cf. note du 25 janvier 2012).
En revanche, les Etats-Unis sont très actifs. Un des "poids lourds" de cette aide est l'ONG évangélique américaine Samaritan's Purse, conduite par le conservateur Franklin Graham, qui a notamment bâti une nouvelle école biblique dans les Monts Nuba. On vient d'apprendre, par le Christian Post (site en anglais) que cette école chrétienne vient d'être bombardée par les forces aériennes du Soudan du Nord...
Pas sûr que ce soit très malin de la part des autorités de Khartoum: en s'attaquant à une école biblique dotée de puissants relais, la médiatisation ne fera que renforcer la détermination des missions à éviter un remake de que ce que le régime de Khartoum a tenté durant 40 ans: limiter, par tous les moyens (bombardements, rapts, pillages et destructions) la présence chrétienne au Sud-Soudan.

mercredi 1 février 2012

Lulu Life, un magnifique outil d'émancipation économique pour les Sud-Soudanaises

Après plus de 30 ans de guerre, les infrastructures socio-économiques de Sud-Soudan partent quasiment de zéro. C'est dire tout l'intérêt des rares initiatives associatives locales qui, en s'appuyant sur les ressources du terrain, rebâtissent, à hauteur de femme et d'homme, de l'activité et de la richesse.

Un exemple remarquable, où la FRANCE a joué un rôle, est celui du projet LULU LIFE. En l'an 2000, une ONG française nommée MEDIC (Medical Emergency and Development International Committee) a mis en place, au Sud-Soudan, une formidable initiative de développement local en direction des femmes, autour de l'exploitation du beurre de karité, appelé localement LULU.

Ces merveilleux produits pour la peau et le corps sont commercialisés sur ce site européen (Suisse) : LULU LIFE

Pour découvrir cette initiative, cliquer ci-contre pour accéder au site qui permet le visionnage d'un superbe documentaire d'une petite vingtaine de minutes (en anglais), réalisé par Infocus.                       Site: http://www.reeladventure.net/brilliance_of_oil_movie.html